Des entreprises pour l’Unicef

Le patron et les employés de Dyctal à Mulhouse se sont mobilisés pour l’organisation caritative. ils veulent entraîner d’autres entreprises dans leur sillage.
C’est à la CCI, que Jean Harang, dirigeant de l’entreprise Dyctal à Mulhouse a remis solennellement un « chèque de Noël » d’un mon-tant de 4000 € à l’ordre de l’Unicef. La somme émane d’un geste complice des salariés et de leur patron, qui ont décidé de se passer de fête de Noël. Quant aux clients, également privés d’étrennes, ils recevront une carte de voeux arborant le sourire d’un enfant, sur laquelle M. Harang précisera que, «grâce à leur collaboration, il aura fait son plus beau cadeau depuis vingt ans. »

Même s’il sait que « le moins cher systématique ne laisse pas beau-coup d’espace à cette solidarité » et alors que le terme de citoyenneté est au goût du jour, Jean Harang a pour objectif de sensibiliser l’ensemble des entreprises de la circonscription. Deux patrons : Mme Schiavone (La Bruschettaj et M.Cuccuzza (Carrosserie Fox) ont déjà versé leur contribution à l’Unicef. L’action dynamique du patron de Dyctal porte ses fruits puisque pour l’année 2004, Gaëlle Moesch des Trésors d’Orient prévoit également de s’investir au nom de son entre-prise, dans cette opération caritative.

De son côté, Claude Simet, président du comité du Haut-Rhin pour l’Unicef, a présenté avec engoue-ment les cinq programmes menés par l’organisation. Il s’agit de l’éducation des filles, de la lutte contre la mortalité des enfants en bas âge, du développement des interventions sanitaires, de la lutte contre le sida et la protection des enfants contre la violence, les mauvais traitements, l’exploitation et la discrimination. C’est dans cette optique que Mme Geissmann, vice-présidente du comité haut-rhinois de l’Unicef, intervient dans les écoles, collèges et lycées, dans le cadre de l’édu-cation civique juridique et sociale, Pour cette bénévole, il faut ajouter à la collecte de fonds « un plaidoyer dont l’axe principal est de faire connaître et accepter les droits des enfants. » La convention pour les droits des enfants, qui fêtera ses quinze ans en novembre 2004, a été ratifiée par 190 pays en l’espace de deux ans. Jean Harang a certes tendu une main bienfaitrice aux enfants dé-favorisés, pour défendre leurs droits, en signant un chèque de
4000 € à l’ordre de l’Unicef, mais l’action a également généré un élan de solidarité au sein même de son entreprise, tissant des liens entre le patron et les salariés.

BOUCLETTE UNICHEFS 2010_Page_009